Prestataires Mariage

Comment bien choisir son photographe de mariage ?

By octobre 22nd, 2020No Comments

Photographe professionnel(le) ou connaissance ?

Après avoir dit « oui » à chéri(e), vous voilà parti(e) dans les préparatifs de mariage à la recherche des prestataires qui à vos côtés pourront vous faire vivre la journée de vos rêves, celles dont vous vous souviendrez toute votre vie. Et qui dit « souvenirs » dit photos … Oui mais voilà, avec votre moitié vous n’êtes pas totalement d’accord sur ce point, Chéri a un pote qui fait de la photo et vous, vous préféreriez un(e) photographe professionnel(le)… Et si on vous apportait une première réponse ? Libre à vous ensuite de faire votre propre choix bien évidemment.

Photo par Jazmin Quaynor

On le sait tous, un mariage ça n’arrive (normalement) qu’une seule fois dans sa vie, et pouvoir s’en souvenir, revoir les photos de cette journée que vous avez pris tant de soin à préparer durant des mois c’est important. On le sait aussi, avec l’avènement des smartphones qui font des images plutôt pas mal, on peut être tenté de ne pas faire appel à un(e) professionnel(le), ou bien de se dire que tante Huguette et son appareil photo hybride dernier cri feront des merveilles puisqu’elle est passionnée de photographie… Oui mais, car il y a un mais vous vous en doutez !

L’option Tante Huguette

Choisir une connaissance, c’est déjà prendre le risque de se fâcher avec elle pour plusieurs raisons !
La toute première c’est qu’à partir d’une certaine heure, prise par l’ambiance, elle aura peut être arrêté de prendre des photos, adieu l’ouverture de bal ou l’arrivée de la pièce montée avec ces feux scintillants et sa cascade de champagne (oui on avoue, on aime aussi parfois user des clichés, ça peut être moins clinquant, on vous l’accorde et heureusement).

Photo par Thomas Dedenon Photographe

La seconde c’est qu’elle peut avoir fait ces photos là, mais que celles-ci soient complètement ratées et floues, parce que la photo de soirée ça mérite un peu de connaissances techniques en matière de prise de vue. Et ce n’est pas l’appareil dernier cri qui fera le job tout seul, il faudra maîtriser les réglages et les changements de lumière d’une piste de danse ! Elle ne maîtrise pas non plus tous les rudiments sur cette journée, le changement perpétuel de lumière, de température de couleur, de pose pour les mariés et du stress que tout ça génère dans la journée

La dernière, c’est qu’elle est invitée et que vous allez lui mettre une pression énorme sur les épaules qui va l’empêcher de vivre pleinement cette journée, à moins que ça ne soit une punition d’un traumatisme passé !

Alors certes, pour le coût moindre que cela représente, on conçoit que l’idée de la connaissance (Tante Huguette ou Kylian un pote du meilleur pote du marié…) puisse être une belle idée, mais à terme, les mariés dans 90 % des cas regrettent de ne pas avoir pris un(e) professionnelle pour réaliser le reportage photo.

L’option professionnelle :

Le/La photographe de mariage est habitué à toutes les situations, même les plus inédites et insolites, il/elle saura gérer votre stress, celui de vos proches et sait gérer tous les caprices de la météo et donc les changements continuels de luminosité, il/elle sait choisir les meilleurs réglages pour chaque situation et les invités qui dansent sur la piste ne seront jamais de vagues fantômes flous et méconnaissables.
Il/elle ne ratera aucun moment fort et saura même les anticiper pour trouver le meilleur angle, le meilleur placement et attendre le bon moment pour déclencher la prise de vue.

Photo par Ramiz Dedaković

Il/elle maîtrise aussi et surtout l’art et la manière de tirer les meilleures images de cette journée.
Il/elle vous fait signer un contrat, il/elle s’engage donc à vos côtés et doit donc être là le jour J ou vous proposer une solution alternative à ses frais si ce n’est pas le cas !
Il/elle possède aussi le matériel en conséquence pour un tel reportage. Appareils photos principaux, appareils photos de secours, différents objectifs pour couvrir au mieux le mariage.

Photo par Sabrina Dupuy

L’option “à vos risques et périls”:

Il existe une troisième solution illégale certes mais il faut en parler aussi pour vous prévenir. Il existe le photographe au « black » celui qu’on a trouvé comme ça sur le bon coin, ou par une connaissance, mais dont on ne sait rien, dont on n’a pas vu une seule image, et qui ne fait pas signer de contrat. Celui là n’est pas cher, il dit qu’il viendra mais… Parfois 2 jours avant il vous plante pour un mariage plus juteux, et comme il n’y a pas de contrat, aucune preuve que vous étiez engagés ensemble. Ou bien il vient, mais lorsque vous recevez les photos, vous pleurez, parce que même s’il était moins cher, c’est encore bien trop cher pour ce que c’est… Et vous ne pouvez même pas vous retourner contre lui puisque c’est illégal et que vous seriez complices de travail dissimulé. En gros, c’est franchement pas le bon plan, mais si vous faîtes un mariage en aimant les risques ou avec le thème « quitte ou double », « roulette russe » ou « à qui perd gagne » ça reste dans le thème.

Photo par Michal Mikulec

Si pour vous donc, les souvenirs de cette journée sont importants, entre Tante Huguette, Kylian, le photographe pas cher qu’on paie en liquide ou le/la professionnel(le)… Nous, On a choisi !!

Combien de temps avant le mariage ?

Photo par Markus Winkler

Il n’y a pas vraiment de règles en la matière, mais il est forcément logique que plus vous tardez, moins vous aurez le choix. Les plus réputés localement ou nationalement étant rapidement réservés parfois 2 ans à l’avance, il est donc préférable de s’y prendre dès que la demande en mariage est faite et la date fixée. De manière générale, un(e) bon(ne) photographe est booké un an voir un an et demi à l’avance.
Si vous vous y prenez 6 mois avant le mariage vous risquez d’avoir moins de choix et souvent du second choix, vous pouvez cependant avoir un coup de chance, mais avouons le, mieux vaut ne pas prendre de risque…

Quel style d’images pour mon mariage ?

Maintenant que vous avez décidé de prendre un(e) photographe professionnel(le), il faut se mettre en quête de La perle rare, et c’est parti pour une recherche interminable sur les blogs, google ou en prenant l’avis des amis qui se sont mariés avant vous.
Mais plus que ça, il faut aussi déterminer avant toute chose quel style de photos vous souhaitez recevoir. Des images colorées ? Lumineuses ? Spontanées ? Posées ? Digne des magazines de mode ou de robe de mariée ? D’une affiche de cinéma ? Authentiques ? Sombres ?

Photo par Thomas Dedenon Photographe

Il existe différentes tendances en terme de photo de mariage et quelques petites variantes. Deux styles se détachent donc depuis quelques années, les autres sont des styles un peu coincés entre les deux et qui reflètent surtout la sensibilité du photographe, le principal c’est que le style vous plaise parce que ce sont ces images que vous regarderez à vie.

  • La tendance Moody : Les images rendues sont sombres très contrastées, avec certaines couleurs très délavées, ou dénaturées, on peut se retrouver avec un costume bleu d’origine qui tire presque sur le gris ou le vert selon le traitement colorimétrique du photographe. C’est beau, c’est joli, c’est poétique, mais ça ne plaît pas forcément à tout le monde d’avoir des photos de mariage aussi sombres. C’est souvent basé sur l’émotion, l’intimité, c’est donc plus intimiste et il faut pouvoir accepter cette proximité du photographe mais là encore, si c’est ce que vous appréciez, il ne faut pas hésiter. Certains aimeront, d’autres pas, c’est bien là toute la richesse de l’humanité, pouvoir choisir en fonction de son ressenti, de ses goûts et de sa sensibilité.

Photo by Katarzyna Grabowska

  • La tendance Fine Art : A contrario, les images Fine Art sont très claires, avec des tons très pastels, plus proche souvent de la réalité niveau colorimétrie encore que ça dépend du photographe, mais le maître mot c’est naturel, le traitement est donc moins poussé et restitue un peu mieux la réalité colorimétrique. Là encore, c’est question de goût. Dans la majorité des cas, les photographes qui font du fine art travaillent en argentique (pas tous mais beaucoup)…

Photo by Hannah Olinger

  • La tendance “no traitement” : Elle est très légère cette tendance mais elle a le mérite d’exister aussi. Souvent le/la photographe considère que traiter ce n’est pas son job (c’est une tendance très très rare, mais ça existe quand même) mais attention le reportage risque de ne pas être homogène puisque dans une journée, les conditions lumineuses, climatiques etc peuvent changer vous risquez donc d’avoir un reportage qui ne semble pas être abouti.
  • La tendance “super retouchée”: A contrario certain(e)s photographes retouchent et retravaillent beaucoup leurs images, souvent il y a moins de photos (puisqu’il/elle passe énormément de temps sur chaque image) mais elles sont toutes hyper travaillées. Pour certaines on pourrait même penser qu’il s’agit d’une affiche de film.

Photo par Kenny Luo

  • Le reportage spontané, authentique : La tendance depuis quelques années, c’est de prendre un(e) photographe pour toute la journée du mariage, ainsi il reste des préparatifs à la fin du vin d’honneur au minimum, et peut même rester jusqu’à l’arrivée de la pièce montée et des premiers pas de danse. Il/elle restitue donc un témoignage vivant, sincère et authentique de cette journée et vous pouvez vous replonger à tout moment dans vos souvenirs et revivre toutes les émotions de votre journée grâce à ses photographies. Il ne fait pas poser ou peu (les photos de couple et de groupe…).

Photo par Thomas Dedenon Photographe

A de très rares occasions il/elle peut demander à figer un mouvement pour obtenir une image parfaite (le mascara sur les cils, c’est compliqué sans un mouvement arrêté par exemple) mais il/elle n’en abusera pas, et tentera avant tout de vous laissez vivre votre journée le plus naturellement possible.

  • Le reportage façon magazine de mode : Un peu comme le reportage spontané mais en plus posé façon shooting mode, le photographe peut à certain moment de la journée vous demandez d’arrêter de faire quelque chose pour réaliser ses images. Il faut donc le prévoir dans le timing et surtout être à l’aise avec l’idée de poser. Par exemple, vous êtes en robe, vous vous apprêtez à partir, et il vous demande de vous mettre devant la belle fenêtre du château pour faire son image. Il faut donc en être conscients et l’intégrer, car là encore, si vous n’êtes pas à l’aise avec les photos posées, ça peut être inconfortable pour vous et vous faire perdre un peu de temps sur le planning de la journée.

Photo by Photo par Gabriel Crismariu

  • La tendance Année 90-2000 : Il y a encore toute une partie des photographes qui ne se retrouvent dans aucune des catégories ci-dessus, et qui font encore des photos très classiques, très posées, le marié d’un côté de l’arbre, la mariée de l’autre qui se regardent amoureusement... La mariée au fond, et le marié en premier plan pour faire croire grâce à une illusion d’optique qu’il la tient dans sa main (on peut y ajouter le bisous pour les plus ambitieux niveau mise en scène…). Sans oublier la fameuse photo couleur et noir et blanc mélangés… Encore une fois, c’est une affaire de goût, mais c’est hyper kitch de nos jours ! Il faut donc assumer !

Quel Budget pour des photos de mariage?

Vous avez maintenant une petite idée du photographe qu’il vous faut, quel style vous convient le mieux et vous commencez donc vos recherches. Oui mais voilà, niveau budget parfois c’est du simple au triple (si ce n’est plus…) et vous ne comprenez pas bien pourquoi.
Alors un photographe de mariage, ça coûte combien ?

Plusieurs critères rentrent en ligne de compte :

  • L’expérience :
    il est bien évident qu’un photographe qui débute, qui n’a pas un portfolio de reportage mariage étoffé sera moins cher qu’un photographe qui a déjà 10 ans d’expérience derrière lui et la renommée locale, nationale ou internationale qui va avec.

Photo par Thomas Dedenon Photographe

  • Les appareils Photo :
    Le photographe de mariage a investi des milliers d’euros dans plusieurs appareils photos (faire du mariage avec un seul appareil c’est suicidaire, imaginer une panne et plus de photos de cette journée…), plusieurs objectifs (pour des rendus artistiques différents et adaptés à chaque situation de la journée), des flashs et des solutions de lumière additionnelles pour la soirée etc… tout cela représente un coût non négligeable qui est inclus dans le prix de la prestation.

Photo by Jakob Owens

  • Le traitement des images :
    Pour traiter vos images il a aussi besoin de logiciels et d’un ordinateur puissant qui ne rame pas à chaque image. Pour tout ce matériel de prise de vue et informatique, il faut des milliers d’euros et il faut l’entretenir et le renouveler tous les 2 ou 3 ans.

Photo by Radek Grzybowski

  • Les coûts de fonctionnement :
    Le temps passé à vos côtés en rendez-vous, le jour du mariage et les séances additionnelles à côté comme la séance engagement ou la séance Day After. Les coûts de déplacement, d’hébergement éventuels si ce n’est pas un photographe local… Et sur tout ça, il faut y ajouter les taxes et les charges qu’il doit payer chaque mois comme toute entreprise.
  • Les produits rendus :
    Support numérique ou Version numérique ET papier, tout cela représente également un coût, il est bien évident qu’une clé USB ou un lien de téléchargement sera moins onéreux qu’un coffret USB + tirages, ou Album. Puisqu’il faudra ajouter le temps de mise en page et l’impression de celui-ci.

Tous ces critères font forcément varier le prix d’un photographe à l’autre, étant professionnel, il doit vivre de son métier, il fixe donc ses tarifs en fonction de son expérience, de son matériel, des frais de fonctionnement, des charges et de ce dont il a besoin comme salaire pour vivre de son métier.

Photo par Thomas Dedenon Photographe

Vous pourrez donc trouver des photographes à 500 euros pour la journée (souvent les photographes non déclarés sur le bon coin, ou le copain dudule du pote machin qui fait un peu de photos… à vos risques et périls donc comme dit plus haut…) et des photographes à 10000 euros (voir plus, pour ceux qui font du mariage très haut de gamme façon Paris Hilton). A vous donc de vous fixer un budget de base selon vos moyens ou vos craquages car certains peuvent craquer si le photographe est le prestataire le plus important après le lieu et le traiteur, là où d’autres feront des restrictions. Là encore tout est question de choix, de priorité et de possibilité. Mais si il fallait faire une moyenne, pour un reportage photo de mariage des préparatifs à la pièce montée, le prix moyen se situe entre 1500 et 2000 euros (voir un peu plus). Cela va aussi dépendre des options possibles et proposées par le photographe. Des produits sur lesquels il vous rend les images, et les services proposés en plus (borne photo, album, séances day after, clé USB, galerie en ligne etc…)

Photo par Thomas Dedenon Photographe

On aurait tendance à dire qu’en dessous de 1500 euros le reportage, ça ne sent pas très bon (sauf si c’est un débutant) mais là encore, soit on a de la chance… soit pas et quoiqu’il en soit, c’est à vous de faire le tri parmi la multitude de possibilités qui s’offrent à vous. Le tout étant de ne pas regretter ensuite.

Quel(le) photographe pour nous ?

Après avoir débattu avec « chéri(e) » sur le bien fondé de prendre un photographe professionnel, vous vous êtes mis d’accord sur le style de reportage et le budget que vous souhaitez, il faut pour finir trouver LE/LA photographe qui rentre dans toutes ces cases. Rassurez vous il existe des tas de blogs, sites et autres annuaires de professionnels qui pourront vous aider à faire un premier tri, sans compter le réseau local (recommandations d’autres prestataires, d’anciens mariés, d’amis…) et le bouche à oreille.

Photo par Thomas Dedenon Photographe

  • Le Rendez-vous :
    c’est vraiment important, parce que le mariage est une journée stressante, importante et que le photographe va être à vos côtés pendant toute cette période. Il faut donc que vous l’ayez rencontré, que le feeling passe bien et que vous ayez pleinement confiance en lui et en son travail. Alors rencontrez le… Parlez de votre mariage, du thème, de l’organisation de la journée, les moments forts pour vous, les personnes importantes à ne pas louper, les histoires de famille à éviter (il y a parfois des histoires bien compliquées et éviter les couacs, c’est important…)..

Photo by Priscilla Du Preez

Mais surtout faîtes lui confiance, il connaît son travail, il saura donc en fonction de toutes les informations données en tirer le meilleur parti pour réaliser le reportage parfait pour vous. N’essayez pas de lui faire faire autre chose que ce qu’il fait habituellement sous peine d’être déçus, son style vous plaît, sa philosophie de la photo de mariage aussi, son book vous plaît et le feeling est là, ne cherchez pas plus loin…

En revanche si lors de ce rendez-vous, vous n’êtes pas totalement à l’aise, vous avez du mal à vous livrez ou vous libérez de vos craintes, gênes et appréhensions, alors ce n’est pas le bon. Même si son travail vous plaît, si vous n’êtes pas à l’aise en sa présence c’est que ce n’est pas la bonne personne pour vous. C’est un peu comme en amour ou en amitié, il faut qu’un lien se crée, tout part de là. Un coup de cœur artistique et humain, si vous voulez un résultat à la hauteur de vos attentes.

Quelques questions à poser :

  • Le matériel : Dispose-t-il du matériel suffisant pour couvrir votre mariage ? Un seul appareil grand public et son seul objectif ne suffiront pas pour obtenir un reportage qualitatif, et s’il tombe en panne, vous pouvez dire au revoir à vos photos de mariage. Au minimum, deux appareils, plusieurs objectifs et un flash externe sont les minimums requis pour vous assurer du sérieux du professionnel et de la garantie d’avoir des photos à la fin de cette journée.
  • Le Contrat : Fait-il signer un contrat ? quelles en sont les grandes lignes ?
  • En cas d’impossibilité de présence : Quelle solution propose-t-il s’il a un empêchement grave (accident etc…) l’empêchant d’être là le jour J ?
  • Combien de temps pour avoir le reportage ?

Conclusion :

Au final, c’est plusieurs critères qu’il va falloir pré-déterminer pour pouvoir trouver Le/La photographe qui couvrira votre mariage. Et c’est votre ressenti qui vous fera choisir plutôt l’un(e) que l’autre. L’important c’est surtout de ne pas regretter ensuite. Combien de couples regrettent d’avoir mal choisi, d’avoir payé un mauvais professionnel et se retrouvent à refaire une séance ensuite et débourser au final plus que prévu alors qu’ils auraient pu se payer le/la bon(ne) professionnel(le) dès le départ en ayant pesé le pour et le contre de toutes les possibilités.

Si ça coince niveau budget il existe des solutions, il faut simplement en discuter avec le photographe (carte cadeaux sur la liste de mariage à déduire sur le forfait choisi, séance plus courte sans reportage pour des photos de couple qui claquent, règlement en plusieurs fois…) bref, tout est possible, il suffit juste d’en discuter en amont.

Photo par Thomas Dedenon Photographe

Dans tous les cas, on ne se marie qu’une fois, et après le mariage, il ne reste rien à part les alliances, les tenues et les photos. Les souvenirs d’une vie c’est un investissement dans le temps, pour l’histoire, pour votre histoire, un témoignage à laisser à vos enfants, petits-enfants, on est tous heureux de revoir nos parents, grands-parents plus jeunes en photo sur des albums et les entendre nous raconter l’histoire qui s’y prête et qui est liée… Alors vous aussi laissez une trace de votre histoire en faisant le bon choix…

Retrouvez Thomas Dedenon, photographe professionnel de mariage, sur son Site Web, et Instagram.

Martinbeatz

Author Martinbeatz

DJ Martinbeatz

More posts by Martinbeatz

Leave a Reply